Tous acteurs !

« Et si on travaillait autrement ? La méthode Haute Qualité Humaine © en pratique. » Tel est le titre du livre de Florence Bénichoux médecin et chef d’entreprise dans le conseil et la prévention de la santé qui ne me quitte jamais. Elle est aussi auteure du TEDX dont le thème est « Pour replacer l’Humain au cœur des entreprises » : j’ai ré-écouté cette séquence il y a peu de temps.

Ré-écouter… parce qu’en effet en mai 2015 j’ai vu pour la première fois Florence Bénichoux au TEDx Champs Elysees Women. Puis quelques jours après, j’ai eu le plaisir de la rencontrer lors d’un salon où elle donnait une conférence sur la thématique du burn out.

Ce que j’ai entendu il y a 3 ans est encore d’actualité, voire plus.

Florence fait un constat chiffré sur l’état de la population en stress chronique et sur le désengagement des salariés dans l’entreprise. Elle résume en 3 points les causes principales : « le monde a évolué », « on est en connexion permanente » et « les attentes des salariés ont changé ».

Elle soulève également les questions suivantes : « Si on travaillait autrement ? Si on changeait les conditions de travail ? Si on parlait de « Qualité de Vie au Travail ? »

En réponse à ces interrogations, je retiens alors 5 moments forts : « Le 1er ingrédient de cette Qualité de Vie au Travail, c’est la confiance. C’est le terreau à partir duquel on peut aller prendre des risques, innover, sortir des sentiers battus, et quand on arrive avec des produits nouveaux, on est de nouveau compétitif ».

Car comme je l’évoquais dans mon billet de décembre 2017 sur « Comment booster votre équipe… » (http://educarreconsulting.com/comment-booster-votre-equipe/), la confiance est primordiale. C’est la base de la responsabilisation dans le Lean Management. Chacun propose des objectifs d’optimisation à son poste, libérant du temps et de l’espace pour l’innovation.

Par exemple, il y a quelques années chez un de mes clients dans le monde de l’industrie, grâce à la confiance installée, les collaborateurs ont pu identifier des activités qui n’apportaient pas toute la valeur ajoutée dans la création de leur produit. Ils ont alors décidé d’optimiser ou d’arrêter ces tâches et avec le temps disponible récupéré, ils ont développé un nouveau service dont la valeur a été reconnue par les équipes de direction.

Assurément, « on a oublié que c’est seul l’homme qui créée de la valeur; on a oublié en chemin le facteur humain ». De fait, nous sommes tous 100% responsables de ce que nous créons, que ce soit de qualité ou non. Plus l’être humain sera dans un état de bien-être, plus il sera productif. Il est donc important de savoir comment chaque personne se sent au travail. C’est ainsi que dans les missions sur lesquelles j’interviens, nous échangeons chaque matin entre collègues sur notre humeur et notre état d’esprit. Dans le cas où le moral n’est pas bon pour un des nôtres, l’objectif est de voir comment l’aider, le soutenir et l’accompagner. Cette façon de faire est également réalisée au niveau du management pour montrer l’exemple et l’importance de ce moment.

En effet, « une chose est essentielle dans le sens, c’est l’exemplarité de la direction. C’est elle qui créé la confiance. Partager le pouvoir, avoir aussi un sentiment d’équité, c’est ce qui crée l’esprit d’équipe, c’est ce qui fait qu’on y va tous ensemble ».

L’engagement de la Direction est obligatoire ; c’est la raison pour laquelle il est indispensable que tout projet de transformation prenne en compte les différents niveaux de hiérarchie. D’ailleurs, dans un de mes derniers chantiers d’amélioration, nous avons travaillé en particulier sur la délégation avec l’ensemble des membres de l’équipe de direction.

Dans ce contexte, « nous avons besoin de nous parler, d’échanger ; nous avons besoin d’intelligence collective aujourd’hui, plus encore qu’hier, pour résoudre les problèmes complexes auxquels nous sommes soumis. »

La résolution de problème complexe est ici une des compétences-clés citées par le sommet de Davos en Janvier 2016. Les entreprises exigeront en 2020 de la part des managers cette aptitude, en particulier dans le monde VUCA (Volatile, Incertain (Uncertain), Complexe et Ambigu) dans lequel nous sommes. Notamment le déploiement du Lean est une façon de développer cette capacité car les problèmes sont considérés comme des opportunités d’amélioration. La recherche des causes à l’origine des difficultés rencontrées se fait collectivement avec l’ensemble des parties prenantes.

Finalement comme l’objectif d’un TED Talk est de développer l’enthousiasme, de motiver et d’ouvrir l’esprit « il faut juste que chacun s’y mette, nous pouvons tous devenir de meilleurs êtres humains. Ensemble nous pouvons le faire, nous devons tous avoir l’utopie de rendre le monde meilleur ».

C’est également ma vision, mon moteur, mon énergie qui me stimulent chaque jour.

Et maintenant,

si vous écoutiez Florence Bénichoux ? https://www.youtube.com/watch?v=DJ4XUdKoLaE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code